La technologie rejoint-elle le commun des mortels?

La technologie rejoint-elle le commun des mortels? À en croire les répondants d’un récent sondage sur la question des médias sociaux, il existe un certain décalage entre la référence de plus en plus répandue à ces nouveaux modes de communication et l’intérêt de la population. Cela confirme, à mon avis, l’importance du rôle que jouent les médias traditionnels auprès de la population, dont les journaux hebdomadaires.

Les médias sociaux
Notre sondage Hebdos Québec – Léger Marketing, réalisé par internet du 24 au 27 janvier dernier auprès de la population adulte, révèle que près du tiers des Québécois (31 %) considèrent que les médias accordent une place trop importante aux médias sociaux tels que Facebook ou Twitter par rapport à l’intérêt réel que portent les gens envers ceux-ci. Chez les personnes de 65 ans et plus, cette perception grimpe même à 38 %.

Considérez-vous que les médias accordent une place TROP, ASSEZ ou PAS ASSEZ IMPORTANTE aux médias sociaux (Twitter, Facebook, etc.) par rapport à l’intérêt réel que portent les Québécois envers ceux-ci?

(n= 1 000)

 Il s’agit là de proportions énormes qui exposent clairement que malgré la présence des médias sociaux dans la plupart des sphères composant notre vie, une partie de la population n’y porte pas d’intérêt. Par exemple, sachant que sur les chaînes traditionnelles en télévision, environ 60 % de l’écoute provient des personnes âgées de plus de 55 ans, et sachant que ce groupe de la population démontre un intérêt moindre envers les médias sociaux, ces chaînes sont-elles en train de se « déconnecter » de leur auditoire en convergeant de plus en plus leur stratégie vers ces réseaux sociaux? La question est lancée!

Les tablettes électroniques
Lorsqu’il est question des tablettes électroniques dans le même sondage, plateformes qui permettent de télécharger du contenu de lecture ou de naviguer sur internet, 29 % des Québécois jugent que les médias accordent une trop grande place à ces tablettes comparativement à leur intérêt personnel pour cette nouvelle technologie.

Considérez-vous que les médias accordent une place TROP, ASSEZ ou PAS ASSEZ IMPORTANTE aux tablettes électroniques (de type Ipad) par rapport à l’intérêt réel que portent les Québécois envers celles-ci?

(n= 1 000)

Comme je l’ai mentionné dans une précédente chronique, les tablettes font parler, et avec raison. Il s’est vendu au Québec environ 15 000 iPad en 2010, mais pour que la tablette atteigne une masse critique, il faudra en vendre quelque 2,8 millions de plus!

Ce sondage nous confirme que les médias vont trop vite pour le public en général, ce qui crée un réel décalage. Pour atténuer le décalage entre les besoins réels de la population et ce qu’offrent les médias en matière d’espace public pour s’exprimer, il faut revenir à l’essence même du marketing : définir son public cible.

Cette entrée a été publiée dans Enquête, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La technologie rejoint-elle le commun des mortels?

  1. Je dirais également que les médias accordent une place trop importante à la politique, aux crimes violents, aux arts et aux sports par rapport à l’intérêt réel que portent les gens envers ceux-ci.
    Les médias doivent bien parler de quelque chose, non? :-)
    Bonne journée.
    Marc-André Caron

  2. Simon Forgues dit :

    Les gens diront toujours que les médias consacrent trop de place aux sujets qui ne les préoccupent pas et pas assez à ceux qui les passionnent. Rien de surprenant là-dedans. J’irais même jusqu’à dire qu’il faudrait être naïf ou aveugle, ou peut-être même un peu les deux, pour ne pas savoir ça.

    Qui plus est, statistiquement parlant, c’est évident qu’avec une population vieillissante comme celle du Québec, et j’écris ça sans mesquinerie, les médias risquent fort de n’être pas au diapason de la population s’ils s’attardent à parler trop des médias sociaux et des nouvelles technologies. C’est encore plus vrai en région où l’on souffre cruellement de l’exode massif des jeunes et où la population est effectivement de plus en plus âgée comparativement à celle des grands centres urbains.

    Mais voilà, le travail d’un média n’est-il pas d’informer, d’ouvrir les horizons des gens ? Leur rapporter la nouvelle, la décortiquer, voire même la mastiquer et la leur rendre compréhensible ?

    Si les médias québécois consacraient un peu plus de temps à présenter les nouvelles technologies et les médias sociaux, et un peu moins à analyser les robes des vedettes au gala des Gémeaux ou encore la naissance des enfants de Céline, peut-être aurions-nous une population plus instruite technologiquement parlant. On peut bien avoir encore du modem 56k dans certains coins de la province.

    On a malheureusement trop peu de journalistes technologiques chez nous en comparaison aux chiffres astronomiques de « potineuses » artistiques.

    J’en veux pour preuve qu’à peu près pas un seul bulletin d’information télé n’offre de place aux nouvelles technologies chez nous, tandis qu’à l’inverse aucune chaîne de télé généraliste ne saurait se priver de ses incontournables cinq minutes de potins artistiques et de premières de films quotidiennes au milieu du bulletin.

    D’ailleurs, puisqu’on pourrait aussi parler de l’écrit, vous imaginez un peu le Journal de Montréal du Samedi sans son légendaire cahier artistique ? Impensable !

    Au Japon, sont rendus à la robotique et la domotique depuis belle lurette. Au Québec, on est rendu à installer des compteurs électriques dits intelligents. Méchant décalage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.