Hebdos Québec formule cinq demandes au ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine

Hebdos Québec formule cinq demandes au ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine

Dans le cadre des consultations sur les orientations du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine que tient la ministre Christine St-Pierre en matière d’information d’intérêt public, je reproduis ici l’essentiel de l’intervention que j’ai prononcée le 14 novembre 2011 à Montréal.

Madame la ministre, Hebdos Québec est l’association des journaux locaux du Québec qui regroupe 154 journaux hebdomadaires locaux et son effectif est composé à la fois de journaux indépendants et de publications détenues par Transcontinental et Quebecor Media. Créée il y a maintenant 80 ans, Hebdos Québec existe pour soutenir le développement de l’industrie de la presse hebdomadaire locale privée au Québec.

Notre industrie joue un rôle de premier plan dans le domaine de l’information locale car les membres d’Hebdos Québec génèrent à eux seuls près de 97 % de l’offre d’information locale écrite au Québec. Toutes les semaines, près de 4 millions de personnes, soit 64% des adultes québécois, lisent un journal local membre d’Hebdos Québec.

La richesse et la pertinence de l’information sont à la base de notre succès, et plus que jamais, la création de contenus d’intérêt général de qualité constitue une préoccupation de tous les jours pour nos membres. D’ailleurs, des sondages commandés à une firme externe démontrent que le public québécois estime dans une proportion de 80 % que l’information rapportée dans les journaux membres d’Hebdos Québec est très crédible et de grande qualité.

Madame la ministre, il n’y a jamais eu à ce jour autant de diversité dans le secteur de l’information locale écrite au Québec. Dans certaines localités de la province, le public a accès à 5, voire 7 publications provenant d’hebdos locaux, de journaux communautaires et de publications spécialisées, et cela, sans compter les centaines de sites internet d’information locale répertoriés au Québec.

Notre association, Hebdos Québec, représente une seule voix : celle de l’information locale, sans égard à la propriété des journaux qui sont membres de notre association. Qu’ils soient indépendants, coopératifs ou encore membres d’un grand groupe de presse, chacun de ces journaux joue un rôle fondamental et essentiel dans sa communauté.

Tout journal local, peu importe s’il est détenu par un grand groupe de presse ou non, doit atteindre des objectifs de rentabilité. Les ressources humaines et financières dont disposent les journaux, sans égard à leur propriété, sont inégales selon l’endroit où l’on se situe au Québec, car ces ressources découlent de la vivacité du marché publicitaire dans un secteur donné. Par ailleurs, les journaux locaux – qu’ils soient communautaires ou détenus par des intérêts privés – se livrent concurrence pour la même assiette publicitaire.

Avec comme objectif d’aider les journaux locaux à maintenir la qualité de l’information et la diversité des opinions, et afin de rétablir une certaine équité dans le domaine des médias locaux, permettez- moi de vous rappeler les cinq demandes que nous avons déjà formulées à votre ministère au cours des deux dernières années. Nous vous avons demandé :

1. Une aide à l’embauche de journalistes et à la production d’enquêtes.

2. Une aide récurrente pour soutenir nos programmes de formation.

3. Une aide pour poursuivre le virage numérique déjà amorcé, afin de produire des reportages en format vidéo, avec tout ce que cela implique en matière de technologie et de formation aux nouvelles réalités du journalisme.

4.  Une aide à la distribution des journaux car il est devenu onéreux de livrer des journaux de porte-à-porte, alors que pour 85 % de nos lecteurs, la copie papier demeure la plateforme préférée et exclusive.

5. Enfin, permettre à Hebdos Québec d’avoir accès au programme de financement actuellement offert aux associations communautaires pour des projets structurants pour l’industrie.

La diversité des organes de presse a un prix, peu importe la structure de propriété du journal. Nous demandons à votre ministère d’étendre les programmes d’aides offerts aux médias communautaires à l’ensemble de la presse locale du Québec, car c’est par elle que passe une bonne partie de la diversité des voix.

Une aide gouvernementale, sous la forme de crédits d’impôt, est une avenue prometteuse selon nous, car elle tient compte de la capacité de payer de chacun des journaux et que cette formule a déjà démontré son efficacité, notamment en production télévisuelle.

• • •

Cette entrée a été publiée dans Presse hebdomadaire, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.