Que deviendra Hebdos Québec?

À l’aube du 80e anniversaire de sa fondation, Hebdos Québec annonce aujourd’hui, le 3 mai 2012, que les deux grands groupes de presse se retirent de l’Association, afin de protéger sa pérennité et les intérêts des journaux indépendants.

Le secteur de la presse hebdomadaire locale a connu un essor fulgurant depuis cinq ans et particulièrement depuis février 2010, alors que le tirage des journaux hebdomadaires locaux s’est accru de 1,2 million d’exemplaires. Aujourd’hui, 6,2 millions d’exemplaires sont distribués aux quatre coins de la province alors qu’en 2002, la distribution totale ne s’élevait qu’à 3,9 millions de journaux. Tous les médias connaissent actuellement une période trouble, certains vivent une crise, car ils doivent gérer le déclin, alors que d’autres gèrent une crise provoquée par une croissance subite. Et c’est notre cas dans la presse locale. Plusieurs acteurs découvrent les effets d’une concurrence accrue dans un secteur n’en ayant pas l’habitude.

Les transformations que cela suppose pour Hebdos Québec montrent bien que l’Association a toujours été profondément ancrée à son milieu. Plus qu’une simple association, Hebdos Québec opère sous une culture entrepreneuriale, déployant des projets pertinents pour ses membres et usant d’inventivité pour redéfinir son modèle d’affaires, lorsque requis. L’industrie des médias dans son ensemble n’échappe pas à cette nécessité de revoir son modèle d’affaires, Hebdos Québec non plus.

Les prochaines semaines, je les consacrerai en collaboration avec mes collègues et les administrateurs du conseil d’administration à redéfinir une offre de services fondée sur les besoins concrets des journaux indépendants. Notre mission consistera à soutenir ce segment important de la presse écrite, et nécessaire au maintien d’une saine démocratie. La diversité des voix et des points de vue passe non seulement par les grands acteurs de l’industrie, mais aussi par la presse indépendante.

Hebdos Québec consacrera une partie de ses énergies à sensibiliser à la fois le grand public et les instances gouvernementales sur l’importance d’une presse indépendante forte et en tout respect des grands joueurs de l’industrie.

Hebdos Québec n’en est pas à sa première « crise ». Dans l’histoire de l’Association, les grands groupes se sont retirés et sont revenus plus tard. Tel un écureuil qui s’est préparé à affronter la saison froide en accumulant des noisettes, Hebdos Québec a toujours manœuvré avec prudence dans la gestion de ses avoirs afin de pouvoir affronter d’éventuelles secousses. Mais une chose est certaine, Hebdos Québec ne disparaîtra pas, bénéficiant d’un financement stable dans le temps et d’un partenariat d’affaires avec les deux grands!

Les temps changent, Hebdos Québec aussi.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, Nouvelles locales, Presse hebdomadaire, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Que deviendra Hebdos Québec?

  1. Rémi Tremblay dit :

    D’abord, la comparaison avec l’écureuil, personnellement pas capable! J’haïs ces petites bêtes là que j’ai tuées avec plaisir quand ils envahissaient mon grenier. Dans le cas d’Hebdos Québec, les petits joueurs indépendants ont toujours eu l’impression d’être tolérés dans la cour des grands (TC Médias et Quebecor) qui se comportaient, au dernier congrès, comme deux voyous, le premier davantage encore que le deuxième dont on dit pourtant souvent tant de mal. Alors, mettons que le départ des deux gros intimidateurs devrait soulager les petits journaux en culottes courtes qui auront plus d’espace pour s’amuser. Mais, ça donne quoi de rester dans la cour? Les indépendants se sont pris en main et maintenant que c’est fait, il faudrait que ce soit Hebdos Québec, dont la caisse sera privée de 80% et plus de ses fonds, qui s’intéresse maintenant à notre sort, après avoir annoncé notre déclin et notre extermination à brève échéance? J’en ai manqué des gros bouts! Alors quoi, qu’est-ce qui arrive avec les Prix des Hebdos, pour les concours journalistiques? On oublie ça, tout bonnement comme si de rien n’était! Oh misère!

    • Gilber Paquette dit :

      Monsieur Tremblay,

      Nous vous remercions de vos commentaires et nous tenons à apporter quelques précisions à vos questions. Au moment du retrait de TC Media et de Québecor Média, convenu d’un commun accord, Hebdos Québec s’est aussi préoccupée de négocier une entente de trois ans avec les groupes nous permettant d’assurer une importante source de nos revenus, par le biais du service des petites annonces. En ce sens, le retrait des groupes n’ampute pas notre budget de fonctionnement de 80 % comme vous semblez le penser. Notre objectif est de maintenir l’association active et au service des journaux indépendants membres d’Hebdos Québec, avec des activités dédiées et pertinentes, tout comme nous le faisons depuis longtemps, notamment par des projets de formation en rédaction journalistique, en déontologie et médias sociaux ou reportage vidéo. Par ailleurs, au cours des deux dernières années, nous avons entrepris des représentations auprès du ministère de la Culture des Communications et de la Condition féminine pour présenter les besoins de l’industrie que ce soit en matière de distribution des journaux, en matière de formation ou de virage technologique et nous comptons d’ailleurs relancer le ministère face aux demandes exprimées.

      Finalement, comme nous l’avons fait savoir à tous les éditeurs, le 15 mars dernier, le conseil d’administration avait alors convenu de maintenir et de réaliser le volet des Prix du Jury qui incluent les prix suivants :

      Action communautaire
      Économie et finance
      Environnement
      Photographie (portrait, reportage, sport)
      Graphisme
      Affaires municipales
      Reportage
      Agroalimentaire
      Santé
      Arts et culture
      Sports et loisirs
      Prix Jean-Vigneault (éditorial)
      Éducation
      Prix Claude-et-Jeannine Masson
      Annonce publicitaire

      Les dossiers sont en évaluation et nous connaîtrons sous peu le nom des gagnants. Hebdos Québec se chargera d’informer les éditeurs des prix remportés par les journalistes, photographes et graphistes. C’est avec plaisir que j’échangerai avec vous sur la question, si vous le souhaitez. Veuillez ne pas hésiter à me joindre.

      Au plaisir de faire plus ample connaissance.

      Gilber Paquette
      Directeur général et directeur marketing

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.